Qui a crée la Croix Rouge

Croix Rouge

Henry Dunant : fondateur de la Croix Rouge. C’est après la bataille de Solférino que le Suisse Henry Dunant, boulversé par la vue des blessés, songea à créer un organisme d’aide aux victimes de guerre. Le 24 juin 1859 a lieu la bataille de Solferino en Lombardie. Elle oppose une coalition franco-piémontaise à l’armée de l’empereur d’Autriche Francois-Joseph. Le combat fait près de 40 000 victimes et c’est en visitant le champ de bataille que l’homme d’affaire genevois, Henry Dunant, voyant la souffrance et le dénuement des victimes, décide de créer un organisme neutre qui prendrait soin des combattants blessés, quelle que soit leur nationalité.

Henry Dunant

Né le 8 mai 1828, rejeté de son collège à l’âge de 14 ans, il opte alors pour l’instruction distillée par la religion. Il assiste souvent aux sermons de la chapelle de l’Oratoire à Genève et prend l’habitude de consulter la Bible à chaque instant. Il semble avoir été plus particulièrement marqué par le commandement «tu aideras ton prochain»; commandement qu’il suit puisqu’il va visiter des prisonniers pour leur lire la Bible et d’autres récits. C’est dans cet esprit d’aide et de solidarité qu’il crée l’Union de Genève, qui rassemble les jeunes chrétiens afin de leur apporter solidarité et foi.

En 1848, il entre en apprentissage auprès de la banque Lullin et Sautter, et 4 ans plus tard, il effectue son premier voyage en Algérie où il fonde, en 1858, la société anonyme des Moulins de Mons Djemila. En obtenant d’y installer des moulins pour fabriquer du grain, il fait gagner beaucoup d’argent à ses employeurs ainsi qu’à lui-même. Mais, pour obtenir ces autorisations, il doit prendre la nationalité française et décide alors der rencontrer l’empereur Napoléon III, en campagne en Italie contre les forces autrichiennes de Lombardie.

Dunant arrive le soir du 24 juin 1859 à Solferino, ville où a lieu une terrible bataille faisant plus de 40 000 tués et blessés. C’est en voyant tous ces blessés que germe en lui l’idée de ce qui va devenir la Croix Rouge.

Le CICR

En 1862, Dunant écrit un livre, Souvenir de Solferino, qu’il fait parvenir à toutes ses relations, qu’il s’agisse du mouvement des jeunes chrétiens, de ses amis ou encore des grands personnages à la tête ou aux gouvernes des principaux pays européens. En 1863, avec l’aide d’un juriste suisse, Gustave Moynier, il crée le Comité international et permanent de secours aux militaires blessés en temps de guerre, qui devient, en 1875, le CICR (Comité International de la Croix Rouge) dont le principe est surtout d’accorder une totale neutralité au personnel soignant sur les champs de bataille avec un insigne reconnu par tous les pays: le drapeau suisse inversé; une croix rouge sur fond blanc.

Si Henry Dunant connut des déboires financiers qui lui feront quitter l’organisation où il n’est que secrétaire, le président étant Moynier, on s’accorde à lui en reconnaître la véritable paternité. Il fait d’ailleurs le premier prix Nobel de la paix, prix qui lui est attribué en 1901.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *