Qui a découvert le Cacao

Le cacao était consommé depuis des millénaires par les Mayas, les Aztèques et les Toltèques. C’était une monnaie d’échange et une boisson des dieux. Cacahualt chez les Aztèques, xocoalt chez les Mayas, le cacao était consommé sous forme de boisson appelée tschocolatte. Les fèves de cacao étaient aussi une monnaie d’échange, un lapin valait dix fèves de cacao et une belle esclave en valait 100.

Le cacaoyer ou cacaotier (theobroma cacao)

Cet arbre peut mesurer, à l’âge adulte (10 ans), de 5 à 8 m. Sa durée de vie est de 40 ans. Il porte en même temps les fleurs, les fruits (cabosses) et les feuilles. Ses fleurs blanches ou roses pâles n’ont ni parfum ni saveur, elles se présentent en petits bouquets directement sur le tronc ou les branches. Les fleurs ne sont pas facilement fécondables par les insectes car elles n’ont aucune odeur. Une seule fleur sur 400 environ fructifiera. La durée de vie de la fleur est de 20 heures, celle des grains de pollen est de 48 h.

L’arbre commence à fructifier au bout de 4 ans. Les fleurs qui ne tombent pas donnent des fruits, les cabosses qui peuvent atteindre le poids de 600 g. Elles contiennent les graines de cacao. Un arbre produit environ 150 fruits par an, ce qui donne 6 kg de cacao. L’arbre fructifie en toute saison. La cabosse sera à maturité après 6 mois et sera de couleur rouge orangé ou jaune.

Le cacaoyer est fragile et exigeant. Il lui faut beaucoup d’eau, un sol bien drainé, une température de 25°C et de la lumière indirecte. Il est souvent installé au milieu de plantations de bananiers qui lui offrent l’ombre dont il a besoin.

Il existe trois grandes espèces de cacao

  • Le Forastero: originaire d’Amazonie, il représente plus de 70 % de la production mondiale. C’est un cacao amer et légèrement acide. C’est un cacao ordinaire qui contient 10 à 12 % de tanin.
  • Le Criollo : il représente 8 % de la production mondiale. C’est un cacao très aromatique et gras. C’est un cacao supérieur qui ne contient que 4 à 8 % de tanin.
  • Le Trinitario: il représente 20 % de la production mondiale. Il est le résultat du croisement entre le Forastero et du Criollo. On obtient un cacao plus subtil, plus fin, mais aussi plus gras. C’est un cacao hybride de bonne qualité.

Histoire du cacao

Le cacaoyer poussait à l’état sauvage dès 4000 ans av. JC. sur les bord de l’Orenoque et dans le bassin Amazonien. Les Mayas furent les premiers à le cultiver. Ils consommaient la boisson faite à partir du cacao, auquel ils ajoutaient du sel et des épices, ils obtenaient la boisson des dieux, le xocoalt.

La culture du cacaoyer se répandit grâce aux Toltèques, puis aux Aztèques qui gouvernèrent le Mexique jusqu’à l’arrivée des Espagnols. En 1502, Christophe Colomb découvrit le cacao sur l’ile de Guanaja. En 1519 Cortès fut reçu par Montézuma II, empereur des Aztèques qui lui fit goûter le breuvage. Cortès et son équipage ne furent pas séduits par cette boisson salée, amère et épicée. Ils aimaient le parfum mais pas le goût. Toutefois, ils reconnaissaient qu’après en avoir consommé, ils pouvaient sans fatigue et sans absorber d’autres aliments durant une journée, naviguer et vaquer à leur occupations.

Lorsque Montézuma se laissa mourir de faim après une révolte contre les Espagnols, Cortez découvrit dans le sous-sol du palais plusieurs tonnes de fèves de cacao, bien entreposées dans des nattes en paille. Il en expédia en 1524 à Charles Quint, en Espagne. Au début, le cacao était considéré comme un médicament. Très vite, il fut adouci avec du miel puis du sucre et la boisson fut alors très en vogue à la cour d’Espagne.

Le cacao se répand

Le cacao franchit rapidement les frontières, et investit l’Italie en 1606, l’Allemagne en 1646, l’Angleterre en 1657. Ce sont les Anglais qui confectionnèrent le premier gâteau de chocolat en forme de boudin. Ils plantèrent leurs premiers cacaoyers en Jamaïque en 1660 et fondèrent en 1746 le premier club d’amateurs de chocolat : Le cocoatree.

Le cacao arrive en France avec Anne d’Autriche, fille de Philippe III d’Espagne, et épouse de Louis XIII. En 1659, David Chaillou obtint du roi l’exclusivité du commerce du chocolat pour une durée de 29 ans. A la fin du 17e siècle, les fabriques de chocolat se multiplièrent. La France maîtrisait alors parfaitement l’art du chocolat.

En 1780, la France possédait sa propre culture de cacaoyers en Martinique, Guadeloupe, etc.. Elle devint le premier exportateur d’Europe. La première entreprise industrielle fut fondée en 1770, et baptisée « La compagnie des Chocolats et Thés Pelletier et Cie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *